Maserati 3200 GT Automatique de 2000 / 21990€

Histoire

Maserati qui a un passé en compétition extrêmement brillant, produit sa première voiture de route en 1957.
Après une période à vide durant les années 75 sous le contrôle de Citroën, Maserati retrouve son âme et sa gloire lors de sa reprise par Fiat. Les accords Ferrari-Maserati ne vont que la porter au pinacle.

La 3200 est l’image de retour de la marque au trident dans le club fermé des super GT 2+2.

Elle possède encore le moteur Maserati de 3217 cm3 à 2 turbos développant 370cv. Elle possède un couple phénoménal, contrairement aux Ferrari, et lui permet une conduite sport ou ‘normale ». De plus, c’est une vraie GT 2+2 à 4 places.

Avec une ligne superbe, dessinée par GIUGIARO, la 3200 est somptueuse et est actuellement reconnue par les collectionneurs.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré note attention est donc cette Maserati 3200 GTA mis en circulation en juillet 2000 et totalisant 74 800 km

La caractéristique principal de ce modèle sont les fameux feux arrière « boomerang » (interdits aux USA) qui seront supprimés lors du lancement de la 4200 GT.

Ces voitures ont la réputation de nécessiter un entretien assez coûteux mais ce modèle a été régulièrement suivi dans le réseau Maserati et est vendue avec un contrôle technique valide.
Seul élément qui pourrait justifier ce prix très attractif, elle équipée de la boite auto à convertisseur BTR au lieu de la plus recherchée boite manuelle 6 rapports.

Cela reste toujours à l’heure actuelle une GT de grand luxe encore très abordable.

Son prix: 21 990 €

lien de l’Annonce:
https://www.leboncoin.fr/voitures/1621131550.htm/

Porsche 911 carrera 3.2 STROSEK de 1986 / 35000€

Histoire

Au début des années 2000, Strosek était le préparateur avec la plus large gamme de conversions de Porsche en Europe.

En 1982, Vittorio Strosek fonde la société Strosek Auto Design et se consacre au constructeur Porsche. Un des premiers modèles était la Porsche 928. Il a été suivi par la Strosek 944 Turbo et la 911 « flatnose ».

En 1992, au salon de l’automobile de Genève, Strosek Design présente divers modèles Porsche à portes papillon, dont le type d’articulation se retrouvait plus tard dans le Mercedes SLR.

Cela a été suivi par un engagement en course (Porsche Super Cup, ADAC GT Cup) avec les Porsche 928 et 911.

En 2004 a suivi la faillite. Vittorio Strosek a pu éviter la vente aux enchères déjà programmée devant le tribunal de district de Landsberg en vendant la société et sa villa privée au propriétaire actuel et directeur général Stefan Schneider.

En 2006, M. Vittorio Strosek a quitté la société et est maintenant basé à Riederau / Ammersee avec sa société actuelle, V-Tec Design GmbH, en tant que designer indépendant pour des sociétés comme Arden, ABT, Ruf, FAB Design (Suisse).

L’Annonce

L’Annonce qui a attiré notre attention est cette très belle Porsche 911 Carrera 3.2 STROSEK DE 1986 affichant 302 500 km. Aucune trace d’oxydation.
Noire métallisée avec intérieur cuir rouge « Cartier », moquette et sur-tapis en bon état .

Moteur non catalysé donc 231 cv réels avec une boite type 915.

Toit ouvrant électrique, Radio/CD, Jantes RUF Speedline 17″ (pneus 225/45/17 et 255/40/17). 

Elle est équipée d’une ligne d’échappement inox Scart Riva avec intermédiaire racing. ainsi qu’un système de freinage Brembo avec étriers AV 4 pistons et disques ajourés/ventilés sur 4 roues.

Casquette de lunette AR avec 3ème feu STOP.

Tous feux y compris de route à LED.

Boulons de roues anti-vol.

Climatisation démontée mais composants disponibles.

Commandes électriques pour siège conducteur, vitres, rétros, toit ouvrant, chauffage régulé, fermeture centralisée.

Restauration carrosserie en 2012 (255.000 Km) avec peinture complète. Dépose moteur pour étanchéité. Remplacement embrayage, réservoir (85 litres), optiques de phares, biellettes sport, soufflets de cardans, système de chauffage.

La mécanique est décrite comme étant en parfait état de fonctionnement avec un entretien régulier justifié par des factures.

Elle est complète avec sa roue de secours, son compresseur, cric losange, trousse d’outils.

Elle est vendue avec une carte grise française et un contrôle technique vierge.

Cette voiture est affichée à un prix très raisonnable certainement justifié par son kilométrage et sa boite de vitesse type 915 (moins recherchée que les G50) en revanche, elle a de nombreux accessoires et options recherchés comme la climatisation, les jantes Ruf, etc…

Son prix: 35 000 €

Lien de l’Annonce:
https://www.leboncoin.fr/voitures/1617513687.htm/

Land Rover Defender 90 V8 4.0 50ème anniversaire de 1998 / 58000€

Histoire

Le Defender 50 ème anniversaire est une série ultra limitée de 180 exemplaires produits pour l’Allemagne.
Il est équipé d’un V8 de 4.0l injection développant 180cv pour 315 nm de couple !

Le modèle 50th anniversary est très rare puisqu’en plus d’être limité, il possède un V8 qui a peu de choses en commun avec le moteur initial de 3,5L de cylindrée monté sur les premiers Defenders. 

Celui-ci est géré par électronique tout en restant dans la lignée des moteurs V8 fiables, au contraire des évolutions suivantes qui ont été plus critiquées. Jamais un Defender n’a été vendu en Europe avec une boîte automatique, ce modèle est donc le seul et unique Defender à en avoir disposé de série. 

A l’intérieur, un luxe relatif habille ce Defender : On trouve des sièges en tissu, le toit ouvrant, et des options de confort tel que les l’air conditionné, etc..

Les 4 sièges escamotables montrent évidement que cette série limitée était un modèle Station Wagon 6 places.

L’Annonce

L’Annonce qui a attiré notre attention est donc ce Land Rover Defender 90 V8 4.0 série limitée 50ème anniversaire, numéro 143/180.
Mis en circulation le 7 Octobre 1998, il s’agit d’une première main affichant 126 000 km.

Il a reçut une peinture neuve

En plus des nombreuses options de série, il a un réservoir additionnel et un pont à glissement limité avant et arrière
Ces modèles sont rares, celui ci est à un prix attractif et en bon état, seul remarque, l’habillage de la porte arrière qui mériterait un panneau d’origine.

Son prix: 58 000 €

Lien de l’annonce:
https://www.4x4edouin.com/fiche_vo.php?N_ordre=16210&lbl_refered=/4×4-essence.php

Fiat 131 gr.4 turbo Evocation de 1976 / 40000€

Histoire

Dévoilée en octobre 1974 au Salon de Turin, la Fiat 131 Mirafiori (du nom de l’usine où elle était produite, au sud-ouest de Turin) succédait à la Fiat 124.

Elle était entièrement nouvelle, mais reprenait la même architecture à moteur avant et transmission aux roues arrière, sur un empattement allongé pour améliorer l’habitabilité.

Son moteur 4 cylindres à simple arbre à cames était décliné en version 1 297 cm3 de 65 ch et 1 585 cm3 de 75 ch.

Trois carrosseries étaient proposée, berline deux portes, berline quatre portes et break. Les versions haut de gamme, mieux finies et mieux équipées, étaient dotées de double phares à la place des phares rectangulaires des version populaires de grande série.

Une version sportive, baptisée Fiat 131 Abarth Rally, destinée au rallye fit son apparition publique au Salon de Genève en mars 1976, pour remplacer la Fiat 124 Abarth Rally. Elle prenait pour base la berline deux portes Mirafiori dans sa version haut de gamme « Special ».

La version commercialisée, destinée à l’homologation en Groupe 4, qui devait être produite à 500 exemplaires différait par de nombreux détails tant à l’extérieur que dans sa partie mécanique. Elle était allégée, débarrassée de ses pare-chocs, de son isolation et de nombreux autres éléments de confort, et ne pesait que 980 kg. Elle recevait des élargisseurs de passages de roue, des ouïes d’aération devant les roues arrière pour refroidir les freins, un becquet avant et un spoiler sur le coffre arrière, ainsi qu’un aileron sur le toit. Le moteur était préparé par Abarth.

C’est la version 1995 cm3 qui avait été choisie, dotée de deux arbres à cames en tête, de 16 soupapes et d’un carburateur double corps. Ainsi gréées, le moteur développait 140 ch et assurait une vitesse de pointe de 190 km/h à la berline deux portes. La version compétition était équipée d’une boîte de vitesses à 5 rapports et d’une suspension arrière indépendante à semi-axes oscillants à la place de l’essieu rigide de la version civile.

Elle recevait le même moteur à deux arbres à cames en tête, mais son taux de compression était porté de 10 à 10, 7 à 1 et elle recevait une alimentation par injection mécanique Kugelfisher à la place du carburateur Weber 34 ADF. À 7 000 tr/min le 2 litres de compétition atteignait 215 ch et la vitesse de pointe de la voiture passait à 230 km/h. La réalisation de la carrosserie était confiée à Bertone. On gardait la coque autoporteuse en acier, mais le coffre, le becquet, le spoiler, l’aileron et les passages de roues étaient en résine, tandis que les portières et le toit faisaient appel à l’aluminium.

L’Annonce

L’Annonce qui a attiré notre attention est cette évocation de la Fiat 131 gr.4 turbo sur la base d’un moteur 2.0l 8 soupapes à carburateur avec ajout d’un turbo lui procurant des performances presque similaires au modèle d’origine. Ce modèle est immatriculé en Italie.

Le moteur a été refait à neuf avec un turbo GT35 neuf associé à un air BMW, le radiateur a été changé par un neuf tout comme l’embrayage, les rotules de direction et des combinés filetés réglables neufs. 
Le tout est associé à un kit carrosserie Groupe 4 comme à l’origine ce qui en fait un véhicule unique pour même pas le quart du prix de l’original !

Son prix: 40 000 €

Lien de l’Annonce:
https://www.leboncoin.fr/voitures/1618882055.htm/


Jaguar xj-s v12 lynx eventer de 1984 / 88000€

Histoire

Lynx Engineering a fait ses débuts en 1973 en construisant des répliques fidèles de Jaguar C et D-Type dans une ancienne ferme reconvertie à l’extérieur de Sussex.

Les dirigeants, Elgan Howell, Chris Keith-Lucas et Guy Black, n’avaient jamais eu l’intention de devenir des spécialistes de Jaguar mais leur savoir-faire a été mis à profit au fil des restaurations originales.

Cependant, désireux de se diversifier, ils ont compris que les voitures classiques disparaissaient rapidement dans le passé.

Ce n’est que lorsqu’un client a amené une XJ6 pour la transformer en cabriolet que l’entreprise a changé de direction.

Les conversions cabriolet étaient le moyen d’entrer, et la nouvelle Jaguar XJS était le moyen d’avancer.

Très vite, Lynx Engineering sortait des conversions cabriolet à quatre places toutes les deux semaines.

Les ventes décollent, une niche était trouvée.

Puis, Jaguar mis fin à tout cela en lançant son propre cabriolet XJS, introduit en 1988, certainement inspiré par le travail de Lynx.

Même si la version d’usine de Jaguar n’était qu’un deux places et que Lynx recevait toujours des commandes, la société est allée dans l’autre sens.

Ainsi, au lieu d’un cabriolet, elle transforma la XJS en un break de chasse Eventer et créa peut-être le véhicule le plus britannique qui existe.

Un break de chasse élégant avec trois portes, tout le bois et le cuir que vous pouvez rassembler: comment avoir plus britannique?

Lynx a conféré à la XJS une visibilité accrue, de la place pour les sièges arrière, de la place pour le coffre en plus de l’exclusivité.

Chaque transformation durait 14 semaines. L’attention portée aux détails était magnifique.

Pour développer l’Eventer, Lynx coupait presque toute la carrosserie à l’arrière de la cloison, déplaçait le réservoir d’essence, soulevait le plancher arrière pour créer une surface plane s’étendant jusqu’aux sièges arrière et rigidifiait la suspension pour compenser le centre de gravité qui était élevé de trois pouces.

Le style devait rester fidèle au design initial de Jaguar, pari gagné !

L’Annonce

L’Annonce qui a attiré notre attention est donc ce break Lynx Eventer sur base de Jaguar XJS V12 mis en circulation en 1984
et affichant 74 000 miles. Il s’agit du 20ème exemplaire sur 67 construits.

La couleur Antelope (bronze) a été changée pour du noir et elle a été transformée en conduite à gauche, un gros dossier d’historique et de factures est disponible.

Son prix: 88 000 €

Lien de l’Annonce:
https://www.leboncoin.fr/voitures/1616359102.htm/

maserati mexico de 1968 / 159800€

Histoire

La Maserati Mexico (tipo AM112) est une voiture de Grand Tourisme produite par le constructeur italien Maserati entre 1966 et 1972.

Présentée sous la forme d’un prototype sur le stand du carrossier Vignale au Salon de Turin 1965, elle reçut un accueil enthousiaste et la firme décida de la mettre en production. Ce coupé 2 portes à 4 places dessiné par Virginio Vairo fut présenté en version définitive l’année suivante au Salon de Paris d’octobre 1966.

L’origine du nom Mexico provient du fait que le prototype Vignale fut vendu en 1965 à un important client mexicain du nom de Diaz Barroso. Selon les registres de l’usine, la Maserati 5000 GT du président mexicain Adolfo López Mateos acquise en 1961 fut vendue en seconde main au Señor Barroso. À la suite d’un important accident, Barroso envoya sa 5000 GT à l’usine pour réparation. Durant sa visite, Barroso aperçut le prototype Vignale, l’acheta et le numéro de châssis de sa 5000 GT fut transféré sur le prototype afin d’annuler les droits de douane lors de son retour au Mexique. Incidemment, le pilote britannique John Surtees remporta en 1966 le Grand Prix du Mexique sur une Cooper-Maserati.

La Maserati Mexico fut commercialisée avec deux motorisations. Le moteur V8 4,2L de 260 ch issue de la Maserati Quattroporte I et le V8 4,7L développant 290 ch. Associée à une boîte manuelle ZF à 5 rapports ou Borg-Warner à 3 rapports automatiques en option, la vitesse oscillait entre 230 et 250 km/h.

La Maserati Mexico était capable d’accueillir 4 adultes confortablement dans des sièges en cuir. Elle possédait une planche de bord en acajou, richement dotée en instrumentation. Les vitres électriques et la climatisation étaient de série tandis que la direction assistée, la boite automatique et la radio étaient optionnelles.

La Maserati Mexico est le premier modèle de la marque à recevoir un freinage à disques ventilés aux quatre roues amplifiés par deux servo-freins.

La Maserati Mexico était équipée de jantes fils Borrani 650 x 15″ à serrage central. Sur les modèles tardifs des jantes disques en tôle furent montées, les Borrani fils étaient toujours disponibles mais désormais fixées par quatre écrous. Certains modèles furent équipés sur demande de jantes magnésium d’un dessin similaire à celles de la Maserati Ghibli mais d’une largeur de 6,5 pouces contre 7 pouces sur cette dernière.

En 1967, son prix de vente en France était de 92 000 F3. À l’époque, ses rivales étaient la Ferrari 365 GT 2+2, la Lamborghini Espada ou encore l’Aston Martin DB6.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est cette rare Maserati Mexico ( 1 sur 480 exemplaires produits dans le monde dont 7 pour le marché français) mise en circulation en janvier 1968 et affichant 85540 km certifiés par Maserati.

De couleur Agua Verde avec un intérieur complet en cuir crème.
Le véhicule est matching number est matching color.
En parfait état avec un historique limpide, elle a eu trois propriétaires. Entretenue régulièrement, il n’y a aucun frais à prévoir.

Son prix: 159 800 €

Lien de l’Annonce:
https://www.leboncoin.fr/voitures/1611991615.htm/

La sélection des annonces de véhicules en France