Archives de catégorie : sortie de grange

Triumph tr7 cabriolet 2.0l de 1981 à restaurer / 2000€

Historique

La Triumph TR7 est construite de janvier 1975 à octobre 1981.

À l’origine, la production se fait à Speke dans une usine de Liverpool, puis en 1978, la production déménage à Canley(en) à Coventry pour finalement atterrir dans l’usine de Rover à Solihull en 1980.

La voiture est lancée aux États-Unis en janvier 1975, et en mai 1976 pour le marché britannique. Avec plus de 140 000 exemplaires produits en six ans, la TR7 / TR8 sera la Triumph TR qui connaîtra le plus important succès. Elle sera aussi la dernière voiture sportive de la marque.

En juillet 1979, une version cabriolet est sortie en premier aux États-Unis, appelé TR7 Drophead. Le modèle est lancé sur le marché britannique au début en mars 1980. la TR7 cabriolet est vendue au prix de 5 050 £ et la coupé au prix de 5 230 £.

British Leyland possédait des TR7 qui officiaient en compétition de rallye de 1976 à 1980. Ces voitures utilisaient le moteur 16 soupapes de la Dolomite Sprint ou le moteur de la Rover V8 3,5 litres et des freins à disque aux quatre roues.
Une version grand public pour le marché américain est lancée en juin 1980 avec des caractéristiques de la TR7, mais avec le moteur V8 : soit la TR8.
Cette version avait des freins a tambours plus gros que sur ceux de la TR7 à l’arrière. Le modèle fut un échec commercial. Moins de 3000 exemplaires furent commercialisés.

En août 1980, la production cessa à Canley et fut transférée à l’usine Rover de Solihull. Dans le cadre d’une rationalisation introduite par le patron de British Leyland, Sir Michael Edwardes, la production de la TR7 fut stoppée le 5 octobre 1981. Le modèle resta cependant commercialisé en Grande-Bretagne jusqu’au milieu de l’année 1982.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est cette Triumph TR7 cabriolet de 1981 (l’une des dernières produites) sortie de grange à remettre en route mais qui semble être une bonne base de restauration.

Il s’agit d’une première main française de 83 000 km avec un intérieur en cuir neuf,  cinq jantes d’origine en aluminium avec sa carte grise.

Son prix: 2 000 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1568560970.htm/

Lot de deux Lotus elite (1978 & 1982) / 6900€

Historique

De 1974 à 1982, Lotus produit une seconde génération d’Elite plus grande que la précédente avec quatre places, l’Elite Type 75 et 83. Avec ce design, Lotus cherche à se positionner sur le marché haut de gamme et à s’éloigner de son passé de voiture en kit.
L’élite a été annoncée en mai 1974 pour remplacé la Lotus Elan Plus 2 vieillissante.
Il s’agit d’un break de chasse avec une carrosserie en fibre de verre montée sur un châssis en acier issu de l’Elan et de l’Europa.
Suspension indépendante aux 4 roues avec des ressorts hélicoïdaux. L’Elite est la première voiture Lotus de son époque à utiliser le bloc Aluminium 907, quatre cylindres à double arbre à cames en tête 16 soupapes de 2l développant 155cv.
Vendue avec une boite de vitesse 4 ou 5 rapports au début, à partir de janvier 1976, la transmission automatique était optionnelle.

Il s’agissait de la voiture à quatre cylindres la plus chère au monde et, avec l’Eclat, la dernière voiture de route à bénéficier de la suspension conçue par Colin Chapman.

Bien que plus grandes et plus luxueuses que les Lotus précédentes, les Elite et Éclat sont relativement légères et ne pèsent pas beaucoup plus que 1 043 kg (2 300 lb).

En 1980, le Type 75 a été remplacé par l’Elite Mark 2 Type 83.
Cette version reçoit un plus gros moteur Lotus 912 de 2 174 cm3.

Le châssis est désormais en acier galvanisé et la boîte de vitesses à cinq vitesses BMC est remplacée par une Getrag 265.

Les phares à vide de l’ancien modèle ont été remplacés par des unités à commande électrique et l’Elite est désormais équipée d’un becquet avant, d’un nouveau pare-chocs arrière et de feux de la Rover SD1.

Aujourd’hui, ces modèles se raréfient et sont de plus en plus recherchés.

L’Annonce

Cette annonce d’un lot de 2 Lotus Elite à vendre a donc attiré notre attention.

Les 2 véhicules sont complets , non roulants, à restaurer.

Le premier est en carte grise (V5) et conduite anglaise de 1978 ( la marron ) donc il s’agit d’un Type 75.

Le second est un Type 83 en carte grise du Gabon de 1982 ( la rouge ) et conduite à gauche.

Idéale pour en refaire une avec les deux ou de restaurer les deux !

Son prix: 6900 € (à noter que le vendeur peut les vendre 3500€ à l’unité)

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1514235748.htm/

Renault Alpine A110 sortie de grange de 1974 / 15 000 €

Nous venons de trouver cette annonce de Renault Alpine « sortie de grange » de 1974

L’Alpine A110 est une voiture sportive française développée par Jean Rédélé et fabriquée à Dieppe par Alpine entre 19621 et 1977 à partir de mécaniques Renault.

Célèbre sous la forme de berlinette, l’A110 a été championne des rallyes en 1971 et 1973.

Cette voiture est à la vente suite à un héritage familial, cette Renault alpine est à restaurer entièrement, stockée depuis 17 ans dans un garage et totalisant 184598 km.
carte grise et documents en possession des héritiers.

Son prix: 15 000€

lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1545827664.htm/

Citroën SM Maserati à restaurer

La Citroën SM est une voiture de grand tourisme lancée en mars 1970 par Citroën. Malgré diverses avancées techniques, elle a une carrière très courte, s’achevant en 1975. 
L’absence d’un moteur spécifique chez Citroën, puis le rachat de la firme italienne Maserati en 1968 permet à Citroën de doter la SM d’un moteur Maserati V6 étudié spécifiquement. 
La SM est animée de 1970 à 1972 par un moteur V6 de 2 670 cm3 de 170 ch DIN (au régime très raisonnable de 5 500 tr/min). Le couple est de 23,5 m.kg à 4 000 tr/min. 
Pour les modèles 1973 et jusqu’à la fin de la production, en réponse aux nouvelles normes anti-pollution, le moteur sera équipé de l’injection électronique Bosch D-Jetronic qui fera passer sa puissance à 178 ch DIN à 5 500 tr/min (couple 23,7 m.kg à 4 000 tr/min) tout en améliorant la souplesse et la consommation.
En 1974, pour compenser la perte de puissance due au convertisseur, la SM automatique dispose du moteur de la Merak, de 2 965 cm3 dans une version de 180 ch DIN.

Nous nous arrêtons sur cette Citroën SM Maserati à restaurer entièrement mais à priori complète. Le modèle présent est une boîte manuelle de 150 000km, il y a une erreur sur l’année.

Le descriptif est réaliste “De gros travaux à faire. Moteur bougies cassées. Pare-brise cassé, n’a pas roulée depuis 10 ans.”
Mais ces voitures sont de plus en plus prisées par les collectionneurs, son prix est très attractif et son moteur d’origine toujours présent !

Son prix: 1500€

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1539199366.htm/