Porsche 930 turbo 3.3 de 1982 / 79000€

Historique

Porsche présente au salon de Paris 1973 un prototype turbocompressé, qui préfigure sa 911 de deuxième génération.

Celle-ci est commercialisée en 1974, et dès le salon de Paris 1974, sa version turbo définitive est révélée, bien que soit entre-temps intervenu le premier choc pétrolier.

En fonction de ses origines, et pour faire suite aux succès sportif et commercial de la Carrera RS de la première génération, cette version est d’abord conçue comme une version d’homologation du moteur turbo en compétition, et à ce titre, Porsche envisage d’abord de n’en produire que 500 exemplaires. Mais le succès du modèle va très vite les faire renoncer à toute limitation de la production.

Le moteur de cette 911 Turbo est, avec son design, la principale caractéristique du modèle. Le 6-cylindres à plat de 3 L et 260 ch (code 930/50) dérive du moteur 2,7 L de la version normale, mais est réalésé, avec une course inchangée, et bénéficie de nombreux apports en provenance de la Carrera RS 3.0. Comme sur tout moteur turbo, le taux de compression est réduit pour éviter l’apparition de cliquetis, et est donc fixé à 6.5:1. Le turbocompresseur provient de chez KKK et souffle au maximum à 0,8 bar. L’ensemble délivre la puissance remarquable pour l’époque de 260 ch.

Petite particularité, le turbo qui équipait la génération 930, n’était pas doté de soupape de décharge. Le conducteur devait perpétuellement anticiper le lever de pied, car la pression résiduelle au moment où l’alimentation était coupée faisait que le moteur restait en charge jusqu’à 1/2 seconde après le lever de pied. Porsche a corrigé ce « défaut » sur la génération suivante.

Dès 1977, Porsche revoit le moteur en le portant à 3.3 L et 300 ch (code 930/60) et règle le problème de soupape de décharge et ajoute un échangeur air-air.

Côté esthétique, quelques modifications mineures sont à noter sinon l’aileron revu.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est donc cette très belle Porsche 930 turbo 3.3 de 200 500 km immatriculée le 1er mars 1982.

Le véhicule est décrit par son vendeur comme étant dans un très bel état général. 

Equipée d’un poste audio Porsche, des jantes à déport en 17 pouces, un intérieur cuir noir, un volant Momo racing en alcantara, des vitres électrique, des anti-brouillards avants, etc..

A noter que toutes les modifications cosmétiques sont réversibles et que toutes les pièces d’origine sont fournies avec le véhicule dans le cadre de la vente.

Elle possède son carnet d’origine complet et a été rigoureusement entretenue.

Son prix: 79 000 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1528173415.htm/

salmson s4-61 cabriolet de 1950 / 56 000 €

Historique

La Société des Moteurs Salmson a été de 1913 à 1962 un des grands constructeurs aéronautiques et automobiles français aux côtés d’Hispano-Suiza, d’Avions Voisin, de Renault ou de Lorraine-Dietrich.

Fondée à Billancourt par Émile Salmson, un ingénieur qui conçoit des moteurs d’avions depuis 1908, la SMS prend son essor durant la Première Guerre mondiale en faisant fabriquer pour la reconnaissance aérienne puis les bombardements trois milles deux cents biplans 2A2, production de tout premier ordre, que ce soit en termes de qualité ou de quantité. 

D’un rayon d’action alors inégalé, ce sera le premier avion de la future Aéropostale. À partir de 1919, le constructeur, qui emploie déjà plus de six mil salariés, se lance dans la fabrication d’automobiles.

Alors que pendant la Première Guerre mondiale, la SMS construit des moteurs d’avion, et des biplans Salmson. 2A2, des magnétos, des machines-outils et des machines à bois, c’est au décès du fondateur Émile Salmson, en 1917, que les fils Salmson prennent la succession des diverses entreprises. 

En 1919, ils quittent la SMS, et les nouveaux actionnaires nomment Jean Heinrich directeur. La SMS choisit la reconversion de ses activités vers la vitesse, et au-delà de l’aviation, vers la fabrication d’automobiles.

La production des Salmson peut se résumer schématiquement à trois périodes successives. 

En premier lieu, de 1919 à 1929 avec les cyclecars, voiturettes et voitures. Cette période restera marquée par de très nombreuses victoires en compétitions. 

Ensuite, de 1929 à 1953 avec la production d’automobiles familiales fiables et luxueuses, à savoir les différents types de modèles S4 jusqu’à la « Randonnée ». 

La S4-61, fabriquée de 1938 à 1951 présente une carrosserie profilée (capot moteur abaissé au profit d’un pare-brise plus haut), une boite Cotal désormais fabriquée par MAAG.

Ces modèles très appréciés remportent alors un franc succès pendant les périodes de l’avant-guerre et de l’après-guerre.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est donc une Salmson s4-61 cabriolet 1950 4 places en parfait état avec la boite de vitesses Cotal à quatre rapports électriques.

De couleur noire avec une capote beige et équipée d’un moteur
double arbre a came en tête de 1730cm3 d’une puissance de 10 cv , le véhicule est décrit par son vendeur comme agréable a conduire et fiable, aucun frais a prévoir.

Son prix: 56 000 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1585778125.htm/

Mercedes 220 SE Cabriolet Type w111 de 1963 / 109 900 €

Historique

La Mercedes-Benz W111 était le code châssis attribué d’une gamme de véhicules de construits entre 1959 et 1971, des berlines quatre portes (1959-1968) et des coupés et des cabriolets à deux portes (1961 à 1971).

La production du remplacement des Pontons à deux portes a débuté en 1957. Etant donné que la plupart des châssis et des organes de transmission devaient être unifiés avec la berline, la portée s’est concentrée sur le style extérieur.

Certaines maquettes et prototypes montrent que Mercedes-Benz a tenté de donner aux deux portes un style avant presque identique à celui du roadster Pagode, mais a finalement favorisé le travail de l’ingénieur Paul Bracq. L’arrière comportait de petits ailerons, subtils comparés aux fintails et évocateurs du style carré plus récent du W108 / W109.

La production a commencé à la fin des années 1960. Le coupé fait ses débuts lors du 75e anniversaire de l’ouverture du musée Mercedes-Benz à Stuttgart en février de l’année suivante.

La décapotable a suivi au Salon de l’auto de Francfort quelques mois plus tard. Presque identique au coupé, sa capote en tissus, replié derrière la banquette arrière, était cachée par un couvre capote en cuir de la même couleur que les sièges.

Contrairement à la génération précédente des Ponton à deux portes, la désignation 220SE était utilisée à la fois pour le coupé et la décapotable; les deux ont reçu la même version du moteur M127 de 2195 cm3.

Les options comprenaient un toit ouvrant coulissant pour le coupé, une transmission automatique, une direction assistée et des sièges arrière individuels.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est cette très belle Mercedes 220 SE Cabriolet de 1963, l’un des 2729 produits, livrée neuve aux Etats Unis avec une boite de vitesse manuelle 4 rapports, elle est vendue avec une carte grise française de collection.

Il s’agit, d’après son propriétaire, d’un véhicule en parfait état de présentation et prête à prendre la route pour la saison qui arrive !

Son prix: 109 900 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1586674626.htm/

BMW Z3 M COUPÉ 3.2 321CV DE 1997/ 29 500 €

Historique

« M » comme Motorsport, la filiale de BMW dédiée à la compétition automobile. Motorsport est chargée par BMW de fabriquer les modèles sportifs de la gamme.

Alors que la Z est en production depuis septembre 1995, le roadster « M » a été présenté en 1996 au Salon de Genève. Le Coupé « M » a été présenté au salon de Frankfort en Allemagne en 1997. 
La production de ces modèles a été entreprise avec une année de décalage par rapport à cette présentation au public, puis leur production s’est achevée en mai-juin 2002.

Outre les nouvelles motorisations « M » et leurs principales conséquences mécaniques (double ligne d’échappement, trains roulants, etc), la Z3 « M » se distingue par un design extérieur avec quelques signatures stylistiques cherchant à le rendre plus agressif (grilles de ventilation latérales, rétroviseurs ovales, pare-chocs avant, plaque minéralogique arrière déplacée entre les feux…). L’intérieur de la « M » se distingue par nombre de détails avec principalement des sièges spécifiques et les trois cadrans supplémentaires implantés sur la console centrale. La « ligne chrome » intervient en accompagnement des appareillages intérieurs ainsi que le logo « M ».

En matière de motorisation, le modèle « M » du Roadster et du Coupé Z3 utilise un six cylindres à 24 soupapes issu d’un développement destiné aux M3 de type E36 puis E46 à partir de 2001. Par rapport aux autres roadsters Z3, le modèle « M » a aussi un châssis spécialement adapté et quelques options spécifiques. Il y a eu trois différentes versions du roadster « M » : le modèle européen est « plus exotique » avec un moteur S50 de 3 201 cm3 (le S50 B32) décliné en conduite à droite et en conduite à gauche, et un modèle américain à conduite à gauche, équipé d’un moteur S52 de 3 152 cm3. Le modèle européen (S50 B32) offre une puissance de 321 Chevaux alors que le modèle américain (S52) offre 240 chevaux. Les deux versions ont des vitesses maximales bridées électroniquement. Les boîtes de vitesses sont identiques dans les deux versions. En fait le moteur issu du bloc E46 a été dégonflé de 343 à 325 ch, pour cause d’insuffisance au niveau du train roulant. 

Les différences de châssis avec la Z3 six cylindres sont les suivantes : suspensions MacPherson, voies avant et arrière plus larges, abaissement, de la caisse, géométrie avant de suspension modifiée, ressorts et amortisseurs plus fermes, barres anti-roulis plus épaisses, bras de remorquage renforcés, châssis renforcé. Lors du passage au S54, le châssis a encore été amélioré avec les suspensions et amortisseurs encore plus raides développés pour le coupé « M ».

Quelques modifications d’équipement accompagnent le passage du roadster au S54. Pour le coupé cette évolution n’emporte aucune modification de châssis qui est plus rigide par construction d’origine. Les modèles «M» destinés au marché américain à partir de février 2001 offrent une puissance de 320 ch (SAE) et le modèle européen 325 ch (DIN). Ce petit écart de puissance est imputable aux différences de normes de pots catalytiques à l’échappement entre l’Europe et les États-Unis.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est l’un des 2999 Z3 M coupé vendus hors marché américain avant 2001, de 321cv/23cv fiscaux dont la première immatriculation date de 1997 totalisant 222 500 km.

Dans un état collection d’après son vendeur avec une carrosserie noire immaculée et un intérieur bi-ton noir/gris en excellent état.

Son carnet d’entretien est à jour, le véhicule vient d’ailleurs de subir une grosse révision et son contrôle technique est valide.

Bref un modèle de plus en plus recherché qui s’ajoute à celui que nous avions trouvé avec moins de kilomètre mais plus cher en début d’année et qui a été vendu: https://www.larevuedannonces.com/bmw-z3m-coupe-3-2-321cv-de-1999-34-900-e/

Son prix: 29 500 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1585155744.htm/

Porsche Boxster 3.2 S de 2000 LHD / 9500€

Historique

La Porsche Boxster est un modèle d’automobile sportive construit par Porsche entre 1996 et 2016. Le nom est une fusion des mots « boxer », le type de moteur à plat, et de « roadster », un petit cabriolet à deux portes et deux places. Elle est équipée d’un moteur six-cylindres à plat atmosphérique.

Il existe quatre générations : les premières Boxster sont appelées « Type 986 », puis apparaissent les « Type 987 » en 2005, les « Type 981 » en 2012 et le « Type 718 » en 2016.

Différentes déclinaisons de Boxster existent comme la Boxster S, ou encore GTS ou Spyder, selon les motorisations ou particularités extérieures.

À la sortie de la première Boxster, seul un moteur de 2,5 L développant 204 ch était disponible.

Celui-ci était souvent considéré comme sous-dimensionné, surtout au vu de l’excellent comportement routier du véhicule.

Pour remédier à cela, il a été remplacé en 2000 par un 2,7 L plus puissant, et un deuxième modèle, la Boxster S, qui apparaît équipé d’un moteur 3,2 L de 252 ch.

Celui-ci est secondé d’une boîte de vitesses à 6 rapports fabriquée par Porsche, qui lui autorise une vitesse de pointe de 260 km/h et un 0 à 100 km/h en 5,9 s.

La Boxster S cette dernière hérite du système de freinage de la 911 (996) Carrera : des disques ventilés et percés de 318 mm à l’avant et 299 mm à l’arrière, et un ABS.

À l’extérieur, la version S se reconnaît à une double sortie d’échappement et des jantes de 17 pouces.

La Boxster S est également mieux équipée à l’intérieur, avec quatre airbags, la climatisation et les sièges en cuir de série.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est ce très beau Porsche Boxster type 986 gris métal avec un intérieur en cuir noir.

Il s’agit d’une conduite à gauche et boite manuelle de 170 000 km mise en circulation le 24 juillet 2000.

Comme présentée ci dessus, le modèle est suréquipé et de par la position de son moteur en central arrière, elle n’a rien à envier à la 996 !

Il s’agit d’une seconde main qui n’est utilisée que le week end, à voir sans tarder !

Son prix: 9 500 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1552510116.htm/

Triumph stag mk2 LHD de 1976 / 26900€

Historique

La Triumph Stag est un véhicule de tourisme sportif 2 + 2 vendu entre 1970 et 1978 par la société britannique Triumph Motor Company, sous la marque du designer italien Giovanni Michelotti.

Imaginée comme une voiture de sport de luxe, la Stag a été conçue pour concurrencer directement les modèles Mercedes-Benz de la classe SL.

Toutes les Stags étaient des coupés convertibles à quatre places, mais pour des raisons de rigidité structurelle et afin de respecter les nouvelles normes américaines en matière de retournement, la Stag exigeait un arceau « arceau de sécurité » en T-bar.

Un hard top de la couleur de la carrosserie avec une lunette arrière dégivrante, une garniture de pavillon et des fenêtres latérales à levier était une option populaire en usine pour les premières Stag. Il a ensuite été livré en tant qu’équipement standard.

La voiture a débuté comme une expérience de mise en forme réalisée à partir d’une berline 2000 préparée en pré-production et datant de 1963 à 1964, également conçue par Giovanni Michelotti.

Son accord était, si Harry Webster, directeur de l’ingénierie chez Triumph aimait le design, Triumph pourrait utiliser le prototype comme base d’un nouveau modèle.

Webster a adoré le design et a ramené le prototype en Angleterre. Le résultat final, un coupé/cabriolet qui a peu de choses en commun avec le style de son progéniteur 2000, tout en conservant la suspension et les trains roulants.

Triumph a tellement aimé le design de Michelotti qu’ils ont propagé les lignes de style de la Stag dans les nouvelles lignes de modèles T2000 / T2500 pour les berlines et les breaks des années 1970.

Seulement voilà, Triumph était dans la tourmente des gréves à répétitions, Triumph perdait de l’argent et misait beaucoup sur ce modèle pour relancer ses ventes.

Le V8 3.0 « maison » n’a pas eu le temps d’être assez développé, il aura tendance à surchauffé et participera à la mauvaise réputation de ce modèle malgré son design très agréable.

Aujourd’hui, tous les problèmes de ce moteur ont été identifiés et solutionnés, ne reste plus qu’à apprécier ce coupé/cabriolet 2+2 à sa juste valeur.

L’Annonce

L’annonce qui a attiré notre attention est cette très belle Stag de 1976, une Mk2 dans une couleur non d’origine (beige métallisé) avec un intérieur en simili cuir marron, combinaison qui lui va à merveille.

Elle est équipée d’une boîte automatique, de son moteur V8 3,0L d’origine. 
Elle est en conduite à gauche, l’automobile a été entièrement restaurée il y a 41 500 km (un album complet de la restauration est inclus dans la vente.

D’origine Hollandaise, elle est vendue avec une carte grise française, son hard top et un anti remous pour les deux sièges avants qui cache les places arrières.
Son historique est connu et limpide. 

Parmi les travaux réalisés, la capote, la moquette et les sièges sont neufs. 

Elle est équipée de roues 15″ Minilight et pneus neufs à la place des jantes d’origine en 14″.

La ligne d’échappement en acier inoxydable est neuve, très belle sonorité. 

Le pont a été refait, un radiateur d huile a été rajouté, un radiateur d’eau grande contenance en aluminium neuf, des manomètres de contrôle complémentaires et un ventilateur additionnel commandé par interrupteur ont été ajoutés.
Elle est aussi équipée d’un allumage électronique ainsi que d’un faisceau de bougies neuf.

Un dossier de factures est bien entendu disponible.

Bref, un très bel exemplaire, de plus en plus recherché et apprécié, fiabilisé et entretenue pour prendre la route en toute sérénité.

Son prix: 26 900 €

Lien de l’annonce: https://www.leboncoin.fr/voitures/1583533984.htm/